lundi 27 février 2017

Articulations of Internet Freedom in Relation to the State (I. Hellegren)

Evening conference - Deciphering Crypto-Discourse

Articulations of Internet Freedom in Relation to the State

Held as part of EPE6706 Éthique, vie privée et information

(The conference will be held in English, followed by a bilingual question period.)

Conférencière Isadora HellegrenSpeaker: Isadora Hellegren, MA Communication Studies, Department of Art History and Communication Studies; Research Assistant, Centre for Medical Education, McGill University
When: Monday February 27 from 6 p.m. to 7:30 p.m.
Location: Saint Paul University, 223, Main St., Ottawa, room G103
Cost: Free. Open to the public
Contact person: Julie Paquette (jupaquette@ustpaul.ca)




Abstract:
The understanding of what constitutes “Internet freedom” varies between countries and cultures. In Internet governance debates, myriad actors are invested in defining the meaning of “freedom” in relation to Internet-specific technologies. A central component in meaning-making processes about Internet-specific technologies and their functions is the constant negotiation of online rights, such as personal privacy and freedom of expression. In the process of these and other contestations over what should or should not constitute Internet freedom, this study explores how a specific community of participants in the Internet governance debate, namely public-key cryptography advocates, has constructed a discourse in which “crypto” (encryption software) serves as an enabler of freedom. While the design of “crypto” aims to render online communication illegible to anyone but its intended recipient(s), the representation of crypto serves as a battlefield in a larger discursive struggle to define the meaning of Internet freedom.
This presentation investigates how crypto-advocates, and in particular Cypherpunks, have articulated crypto-discourse: a partially fixed construction of meaning that establishes a relationship between “crypto” and a negative conception of Internet freedom, in relation to the state. The Cypherpunks formed as a community when privacy-concerned and technology-interested individuals gathered on the electronic Cypherpunk Mailing List in 1992, to discuss and develop encryption software in order to protect their online privacy. Several events led up to their formation as a discourse community and others reinvigorated their discourse at later stages.
To decipher crypto-discourse, I map key discursive events pertaining to the articulation of “crypto” among interrelated discourse communities of cryptographers, hackers, online rights activists, and technology journalists during a period of 40 years (1975–2015). I present the Crypto-Discourse Timeline as comprised of three periods: the origins (1975–1990), crystallization (1990–2000), and revitalization of crypto-discourse (2000–2015). For each period, I draw on Laclau and Mouffe’s theory of discourse to analyze key discursive artifacts, such as political manifestos produced by Cypherpunks and journalistic accounts produced by Wired magazine technology reporters. The timeline provides an overview of the complexity and contingency of crypto-discourse.
The implications of this research call for a more contextualized debate about the role of democratic governments in upholding privacy rights and freedom of speech online.
I argue that crypto-discourse excludes other possible positive meanings of Internet freedom. In so doing, the discourse removes responsibility from democratic states to secure online rights and freedoms for their citizens.

Résumé de la conférence
L’interprétation de ce qui constitue les libertés sur Internet varie selon les pays et les cultures. Dans les débats sur la gouvernance de l’Internet, une myriade d’acteurs est impliquée dans la définition de la notion des « libertés » par rapport aux technologies spécifiques à Internet. Un élément central dans le processus de création de sens par rapport aux technologies spécifiques à Internet et de leurs fonctionnalités est la négociation constante des droits en ligne, tels que la vie privée et la liberté d’expression. Reprenant ce débat, ainsi que d’autres contestations sur ce qui devrait ou ne devrait pas constituer les libertés sur Internet, cette conférence explore comment les partisans de la cryptographie, une communauté spécifique participant au débat sur la gouvernance de l’Internet, a construit un discours dans lequel « crypto » (logiciel de cryptage) sert en tant que facilitateur de la liberté. Alors que le logiciel « crypto » vise à rendre les données inintelligibles ou illisibles, sauf au(x) destinataire(s) souhaité(s), la représentation de « crypto » est en proie à une lutte discursive plus large qui contribue à définir le sens même de la liberté sur Internet.
Cette présentation traite des partisans du logiciel « crypto », en particulier les Cypherpunks, et comment ils ont articulé un cryptodiscours : une construction de sens partiellement fixé qui établit une relation entre « crypto » et une conception négative de la liberté sur Internet en relation avec l’État. Les Cypherpunks ont formé une communauté lorsque des individus intéressés par la technologie et les questions relatives à la vie privée se sont joints à la Cypherpunk Mailing List en 1992. Ce groupe a pour objectif initial de mettre au point des logiciels de cryptage et d’échanger entre les membres afin de protéger leur vie privée en ligne. Plusieurs évènements ont mené à la formation de cette communauté de discours, et d’autres encore ont aidé à revigorer ce discours par la suite.
Afin de déchiffrer le cryptodiscours, je cartographie les évènements essentiels du discours relatifs à l’articulation de « crypto » au sein des communautés de discours interdépendantes de cryptographes, de pirates informatiques, d’activistes des droits de la personne en ligne, ainsi que de journalistes pendant une période de quarante ans (1975-2015). Je présente la trajectoire du Cryptodiscours comme composée de trois périodes : l’origine du cryptodiscours (1975-1990), la cristallisation (1990-2000) et la revitalisation du cryptodiscours (2000-2015). Utilisant la théorie du discours de Laclau et Mouffe, j’analyse des artéfacts clés du discours incluant des manifestes politiques publiés par les Cypherpunks, ainsi que des récits journalistiques publiés par des reporters du magazine technologique Wired. Cette trajectoire offre une vue d’ensemble de la complexité et de la contingence du cryptodiscours.

Les implications de cette recherche appellent à un débat plus contextualisé à propos du rôle des gouvernements démocratiques dans le respect des droits de la vie privée et de la liberté d’expression en ligne. J’avance que le cryptodiscours exclut d’autres sens positifs de la liberté sur Internet. Ainsi, le cryptodiscours réduit la responsabilité des États d’assurer les droits et libertés en ligne de leurs citoyens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire